• La République est le gouvernement du Peuple, par le Peuple et pour le Peuple

Retraites – suite : la prise en compte de la « pénibilité »

Retraites – suite : la prise en compte de la « pénibilité »

Dans le cadre des nouvelles adaptations du régime de retraite par répartition, une ancienne revendication des syndicats pourrait être satisfaite : la « pénibilité » comme élément constitutif d’appréciation de la retraite.
Est-ce juste ?
Sans aucun doute, oui car celles et ceux qui ont eu un travail pénible durant leur vie professionnelle doivent pouvoir recevoir la juste compensation de cette pénibilité.
Comment ?
Selon deux formes : une modulation / augmentation de la retraite basée sur l’espérance de vie moyenne de la profession ET une adaptation de la fin de carrière à partir de 50 – 55 ans selon les cas pour qu’elle soit moins pénible.
Pour éviter toute « subjectivité » et aussi tout corporatisme, la « pénibilité » doit être mesurée à travers l’espérance de vie moyenne de la profession, donnée très précise puisque basée sur des statistiques irréfutables, en l’associant sans doute à la « dangerosité », elle-même donnée exacte à travers les statistiques des accidents mortels ou handicapant à plus de 60% (par exemple) de la profession.
La mesure ainsi adoptée serait juste et équitable car il s’agirait de moduler le montant de la retraite et non la durée des cotisations en fonction de ces deux critères incontestables.
Michel MERCIER

Président de l'U.G.D ( Union Gaulliste pour la Démocratie ). Président Fondateur du mouvement politique LES REPUBLICAINS. Président Fondateur du think tank OBSERVATOIRE DE LA REPUBLIQUE. Secrétaire Fondateur du think tank EVOLUTIONWEB. Membre du Club du 21e Siècle.

Laissez votre message

La régie publicitaire par LES REPUBLICAINS
L'agence WEB des idées par LES REPUBLICAINS
EVOLUTIONWEB par LES REPUBLICAINS
La participation par LES REPUBLICAINS