Par contre, ce que chaque Française, chaque Français ne sait pas et est en droit de savoir, c’est qu’il existait et existe à ce jour un mouvement politique « Les Républicains » créé le 14 Novembre 2001, c’est à dire bien avant et donc antérieur à celui du 30 Mai 2015.

Ce mouvement « originel » « Les Républicains » est  totalement légal avec les parutions aux J.O., des actes publics approuvés sans réserve par le Préfet, en dernier le 28 Mai 2015 et deux dépôts à l’INPI (en 2000 et le 17 Mars 2015) avec en particulier la classe 42 – association, mouvement politique.

De plus, il dispose de la propriété de deux domaines Internet  (les-republicains.net + les-republicains.info) dont l’un est attribué à son site Internet :

http://www.les-republicains.net

Depuis 14 ans, avec peu de moyens, les Fondateurs ont essayé de combattre le déclin qui était déjà engagé, sans avoir l’ampleur qu’il a pris aujourd’hui (des articles dans le journal La Une – Groupe Entreprendre, un livre « Sortir la France de la voie du déclin : l’échéance vitale des Municipales 2014 », des blogs,…).

Sans doute, le moment semble désormais venu d’une prise de conscience forte de la situation réelle de la France (expliquée tout au long de ce blog depuis plusieurs années) et de préparer le sursaut salutaire en 2017.
Chacun le comprend bien.

Cette situation particulière de « Les Républicains » et « Les Républicains » doit être traitée au plus tôt et Michel MERCIER, Président Fondateur « Les Républicains » en 2001, contacté par le journal La Croix, a fait savoir sans ambiguïté sa position« Sur le principe, je suis ouvert à un accord raisonnable avec les dirigeants de l’UMP », dans un article publié le 22 Mai 2015 par La Croix sous la signature du journaliste politique Laurent DE BOISSIEU. 

Qui pourrait en effet comprendre que cette situation particulière, potentiellement dangereuse pour le 1er parti d’opposition, quelque soit par ailleurs ses moyens, ne soit pas résolue, et cela à la hauteur de ce qu’il prétend et veut être, c’est à dire pas une solution par le haut.