Qu’ont-ils faits de la France, qu’ont-ils faits aux Français depuis maintenant bientôt 40 ans ?

Un pays à nouveau en panne devant l’Histoire, très affaibli et en décomposition, actuellement sans aucune solution de redressement.

Pourtant, tous ces Présidents de la République ont eu, en leur temps, tous les moyens réels de gouverner : la Constitution de la Vèm République donne au Président le pouvoir de décider c’est-à-dire de gouverner, des majorités importantes pour les soutenir.

Alors, où est l’erreur qui a amené la France à cette triste situation d’aujourd’hui ?
Le Peuple français a-t-il élu uniquement des Présidents de la République qui considèrent sur le fond que la France, de par sa taille et sa population, est déjà dépassée dans la mondialisation, que la Nation appartient désormais à l’Histoire, que l’évolution conduit nécessairement au multiculturalisme, que l’unique solution réside dans l’Europe – naturellement celle hors des Nations de Bruxelles -, peut-être même dans une « soumission de fait » acceptée aux Etats-Unis comme cela semble apparaître en filigrane dans le projet de Traité TAFTA  ?

Aucun d’eux ne l’a dit, alors, à moins de considérer qu’ils ont trahi la Nation et le Peuple ….
De son côté, le Peuple français, dans sa grande majorité, a-t-il renoncé à assumer son destin face aux réalités actuelles de la mondialisation en préférant le « bien vivre quotidien », la facilité se substituant peu à peu et de plus en plus au travail, tout en refusant dans le même temps de voir les conséquences dramatiques à moyen et long terme de ce choix.

L’acharnement à défendre les 35H, suicidaires pour la France et pour les exclus du travail, et le refus de revenir aux 39H, surtout parmi « les protégés des statuts » qui en bénéficient largement, n’ont pas d’autre explication.

Si, un jour, nos enfants et nos petits-enfants pourront maudire ces Présidents de la République, c’est parce qu’ils n’auront même pas fait le travail minimum qui leur incombe c’est-à-dire expliquer à chaque fois aux Français de manière claire la situation et les enjeux d’avenir pour faire comprendre à chacun où se situe l’intérêt national et l’intérêt général de la France et lui faire accepter les évolutions nécessaires sans lesquelles la médiocrité s’installe.

Cela s’appelle gouverner.

N’y aurait-il plus aujourd’hui en France des hommes ou des femmes politiques en situation de présidentiables qui pensent que la France a toujours un avenir en tant que Nation indépendante et souveraine, que le Peuple français peut rester maître de son destin.

Si tel est le cas, alors, nous sommes perdus en tant que Nation et Peuple et les conséquences seront amères.
Il reste 2017, peut-être … mais avec qui ?