• La République est le gouvernement du Peuple, par le Peuple et pour le Peuple

Archives de l’auteur

Inégalités dans le Monde : la leçon des chiffres

Inégalités dans le Monde : la leçon des chiffres

La dernière enquête sur les inégalités dans le Monde présentée le 14 Décembre 2017 à PARIS indique que l’Europe – essentiellement l’Union Européenne – est le continent beaucoup moins inégalitaire du monde. Donc acte sur les bienfaits de la civilisation européenne, tant insultée au nom d’une repentance partiale et historiquement inexacte. En complément, les données de l’OCDE et de l’Union européenne (Eurostat) indiquent pour la France un coefficient de Gini (mesure des inégalités) et un taux de pauvreté parmi les plus bas des pays les plus peuplés d’Europe et donc du Monde. Ces bons résultats dont chacun peut se féliciter sont à l’évidence le résultat du système social de protection établi en France. Bien sûr, certains trouveront toujours que ce n’est pas encore assez égalitaireTout serait presque parfait si ces résultats n’avaient pas des contreparties très négatives pour la France qui limitent toutes ses possibilités de progrès : record mondial des dépenses publiques et des prélèvements obligatoires (rapport OCDE), endettement public massif de 2.226 milliards d’euros, chômage structurel très élevé avec un taux de 9,6%, destruction de l’industrie et affaiblissement de l’économie La question se pose alors : est-ce ce modèle social dit performant qui en est la principale cause ou est-ce d’autres raisons ? Sans doute les deux à la fois mais à l’évidence, il y a principalement d’autres raisons. D’abord, un constat : le modèle social français, en plus des adaptations rendues nécessaires par les conditions de vie actuelles, pour être tenable, nécessite une gestion très rigoureuse dont les acteurs, principalement étatiques, sont encore éloignés. De même, l’organisation et le pilotage de l’Etat, des Collectivités territoriales et du secteur hospitalier public sont loin d’être optimales, sans compter une gestion dépensière liée en grande partie à tous les statuts devenus inadaptés au XXIèm siècle, comme l’avait alors indiqué avec justesse le Ministre de l’Economie Emmanuel MACRON en 2016

C’est donc bien une nouvelle fois la réforme de l’Etat, des statuts, des régimes spéciaux de retraite qui doit constituer la priorité absolue des Gouvernements.

Sans cette réforme d’ampleur, les améliorations obtenues ne pourront être que secondaires et illusoires donc sans possibilités réelles de redresser la France.

Le déclin pourra ainsi continuer, dans l’indifférence, signe de la nouvelle trahison des élites, comme dans les années 1930 (le désastre de Mai 1940) ou dans les années 1950 (le risque de la guerre civile en 1958) ou encore dans les années 1980 – 1990 (la destruction de l’industrie), …

Michel MERCIER

Président Fondateur de l’Observatoire de la République

 

Michel MERCIER

La tenaille mortelle pour la France

La tenaille mortelle pour la France

 La France est prise dans une tenaille mortelle : d’un côté le marxisme vaincu qui a échoué partout dans le Monde mais qui reste imprégné et diffus s’appuyant sur la haine culturelle de l’argent, régulièrement entretenue, de l’autre le déni de l’immigration de peuplement dominée, sinon soumise à l’Islam et à l’islamisme.

Comment la France peut-elle se rétablir ? D’abord en démarxisant toutes les structures, condition préalable de tout, puisque la liberté effective de la parole pourra être retrouvée, notamment dans les médias pour briser la désinformation permanente dans les domaines vitaux. D’autre part, en résolvant la question de l’identité, de l’immigration et à l’évidence de l’Islam.

Une nouvelle fois dans l’Histoire de France, les élites (classe politique, médias, intellectuels) sont défaillantes.

Comme dans les années 1930 (la perte du statut de puissance mondiale suivie par le désastre de Mai 1940) ou dans les années 1950 (le risque de la guerre civile en 1958 avec la guerre d’Algérie), ou encore dans les années 1980 – 1990 (la destruction de l’industrie et de ses fleurons mondiaux CGE, Alcatel, Alstom, Péchiney, Usinor, BSN), …

Le même aveuglement (aujourd’hui l’Islam et son corollaire l’islamisme), le même déni et le même renoncement à traiter les réalités, le même discours anesthésiant, finalement la même impuissance …

Qui sera l’homme de la Nation pour la France? Emmanuel MACRON peut être ou ???

 Michel MERCIER

Président de l’Union Gaulliste pour la Démocratie

Michel MERCIER

Islam en France : quelques remarques et propositions

Décembre 2017

 Islam en France : quelques remarques et propositions

 Sauf erreur ou omission, de toutes les grandes religions monothéistes du Monde – Chrétienté, Judaïsme, Islam, Bouddhisme –, l’Islam est la seule dont le Fondateur MAHOMET a imposé sa domination par les armes durant tout son règne, à l’issue de conquêtes militaires. C’est également la seule qui prêche son extension et la conversion des « mécréants » par les armes – le djihad – en application directe du Coran et des préceptes de MAHOMET. C’est également la seule qui considère  que les Lois de la religion – la charia – sont supérieures à celles des Etats. Enfin, c’est également la principale, sinon également la seule, qui persécute ou soumet les autres religions au titre du Coran et de la charia lorsqu’elle est majoritaire comme dans tous les pays musulmans.

Si d’autres religions ont également usé et abusé des armes – notamment la Chrétienté lors de la conquête espagnole de l’Amérique, de l’Empire des Incas et durant les Croisades, cela a toujours été le seul fait de l’Eglise, simple assemblée d’hommes toujours imparfaits, jamais en fonction de la Bible et de ses écrits.

Ces quatre particularités de l’Islam (qui contient bien en germe en son sein l’islamisme) ne peuvent que venir en opposition, voire en confrontation directe avec la laïcité, avec nos origines gréco judéo chrétiennes, nos traditions et nos valeurs républicaines. Un ensemble qui constitue aujourd’hui encore très majoritairement la France.

Après la signature du Concordat en 1801, l’acceptation par les Juifs du Règlement du culte juif en 1808 proposés par Napoléon, puis le vote de la Loi de 1905  – la laïcité issue de la séparation de l’Eglise et de l’Etat – par l’Eglise catholique, même s’il y eu des interventions de soldats et des heurts nombreux, il faut noter qu’aucune de ces religions monothéistes comprenant évidemment le Bouddhisme présentes en France n’ont présenté à ce jour de véritables difficultés vis-à-vis de la République et de la laïcité.

Il doit en être strictement de même pour l’Islam aujourd’hui car il ne peut y avoir aucunes exceptions ou dérogations qui signeraient une lecture partiale de la laïcité et en définitive une discrimination négative pour la République. Ce qui ne peut être accepté.

Pour organiser l’Islam en France afin qu’il s’intègre dans la République, permettant ainsi l’intégration des populations concernées, il faut donc édicter, à l’identique de ce qui a été fait pour le Judaïsme et la Chrétienté, un texte de principes et de règles qui doit être accepté par tous les Représentants de l’Islam en France (dont l’Etat sait qu’ils ne représentent pas la totalité des Musulmans vivant en France). Ce texte devra être complété par diverses mesures simples qui rappellent à toutes les religions présentes en France et à leurs fidèles les fondements de la République à travers la laïcité.

  • La « Charte » des principes et des règles acceptée par les Représentants de l’Islam en France doit être individuellement acceptée ou refusée par les Musulmans qui ne reconnaissent pas l’autorité religieuse de ces Représentants. A défaut, chaque Musulman est réputé l’avoir accepté.
  • L’interdiction directe ou indirecte du financement de mosquées par des pays étrangers, la formation obligatoire d’imans français, la condamnation pénale du contournement de la Loi de 1905 par des Collectivités territoriales, la reprise de la délivrance des permis de construire de tous les bâtiments religieux par le Ministère de l’Intérieur également celui des Cultes, la fermeture des mosquées prêchant la haine et l’expulsion des imans concernés, … seront clairement réaffirmées et mises en application effectivement, sans excès mais sans aucune faiblesse juridique, politique, électoraliste.
  • Sur tous les documents officiels français de demande de visas, de titre de séjour, d’asile, … assurant l’entrée et la présence en France des étrangers, les principes de la laïcité et de la supériorité des Lois de la République sur les textes de toute religion seront rappelés et approuvés par le demandeur en remplissant le formulaire. De même, à l’entrée principale de chaque lieu de culte de chaque religion, une plaque visible par tous les fidèles rappelant les mêmes principes, sera apposée.
  • L’interdiction totale de tout signe religieux ou assimilé extérieur de plus de 5 cm dans l’espace public et dans l’espace professionnel. Le port de tout signe est autorisé dans l’espace privé (la religion est une affaire privée), les lieux de culte, les associations culturelles et pour les religieux ou religieuses membres des Directions des religions dans l’espace public mais non dans l’espace professionnel.
  • Les textes acceptés par le Judaïsme, la Chrétienté et le Bouddhisme seront à nouveau solennellement confirmés par leurs Représentants pour bien marquer sans équivoque la pleine application de la laïcité.

A l’issue de ce processus « refondateur », l’ensemble des religions présentes en France partiront sur des bases semblables. Aucune discrimination, aucune stigmatisation, aucun favoritisme, mais la simple volonté de faire vivre positivement la République dans le respect absolu de la laïcité c’est-à-dire dans le respect absolu de chacun.

 Michel MERCIER

Président Fondateur de l’Observatoire de la République

Michel MERCIER
La régie publicitaire par LES REPUBLICAINS
L'agence WEB des idées par LES REPUBLICAINS
EVOLUTIONWEB par LES REPUBLICAINS
La participation par LES REPUBLICAINS